N° 49
 
ACCUEIL - SOMMAIRE

dossier :

confluences :

ARTICLES    ENTRETIENS
A VOIR    LIVRES
CD    DVD
 
AIDEARCHIVES
ArtsLivres EDITION
ECRIVAINS
SALON
ARTS
EXPOS
MUSEO
ARCHEO
HISTOIRE
PIONNIERS
ANTHROPO
MYTHES
PSYCHO
SF
BD-MANGA
TOKUSATSU
culture/politique/sciences
   
KOUNEN Jan - Carnets de voyages intérieurs GIMENO-PONS Vincent - Marché de la Poésie – Entretien N°2 CHAUVIN Marie-Agnès - Devenez Androgyne, ça ira mieux DORST Tankred - Moi, Feuerbach RICHARD Mathias - Machine dans tête LONGUESPE Bertrand - Le temps de rêver est bien court BOUHLAL Siham - Anefgou ou la mort subite du nourrisson STROH Olivier - Qui dirige le monde ?
 
Enregistrez vos MENUS
THEMATIQUES
Nos SPECIALITES
MONDE SYNOPTIQUE
AMERIQUES
LITTERATURES / pays
LIVRES
DISQUES
META-RUBRIQUES
 
 
 
 


 
 

[100] ARTS-EXPOS-MUSEO > [32] Création
[74] EDITION > [13] Etude
LÄDERACH Marie - RICHARD Mathias - HADDAD Hubert - Echanges sur l'Essence de la Création
Echanges sur l'Essence de la Création
 
 

Entretien. Si j'étais face à la terre, je ne saurais la décrire, la peindre, la raconter. Il me faudrait l'aide d'un écrivain, d'un peintre, d'un artiste. Trois sont arrivés. Je leur ai demandé de me guider sur la terre incognita qu'est la création, la peinture et la littérature qu'ils arpentent.

 

Pourquoi créer ? Trop vague, la question. La création est une Terre aux multiples continents, qui s'emboîtent ( les différents arts, les multiples domaines de la connaissance ) et qui s'empilent ( les différents modes de création, les sources du travail ). Après Auxeméry, et avant François Richard, trois explorateurs de cette terra incognita ont accepté de me guider :
une peintre, Marie Läderach,
un auteur de prose, Mathias Richard, et
un auteur d'écrit et de peinture, Hubert Haddad.


PREMIERES APPROCHES…

La seule carte en ma possession était une définition du dictionnaire Le Robert, qui décrivait le lieu de la création comme « action de donner l'existence, de tirer du néant ». Un 'géographe', Bachelard, insistait à l'inverse sur l'idée que la création n'était pas ex nihilo : « elle est plutôt la faculté de déformer les images fournies par la perception ». Y avait-il quelque chose en amont de la création ? Y avait-il ensuite un travail minutieux comme celui de l'orfèvre ? Ou, tel Baudelaire qui voyait les rimes lui tomber dessus lors de ses promenades sur les pavés de Paris, y avait-il purement inspiration ?

Mathias Richard répondait : « la création est une forme d'art martial. C'est-à-dire que c'est avant tout un travail, mais un travail qui ne revêt pas forcément les formes classiques de l'exigence ( cela peut être tout autant une discipline au sens le plus strict ( esquive, attaque, figures ), qu'une discipline du laisser-aller ). Ce travail permet la survenue de ce qui autrement resterait inarticulé, ou banal. 'L'inspiration' ( expression par défaut ) a besoin d'outils pour s'expirer, de formes dans lesquelles se couler. Pour créer, il faut se limiter. Même, et surtout, si l'objectif est d'exploser les choses. C'est la limite qui permet d'accéder à l'illimité du murmure des lèvres ( murmure aveugle, et lucidité à se couper le cerveau, se mélangent jusqu'à ce que les ténèbres éclatent de blancheur, et la transparence s'offre obscure et mystérieuse, les cuisses bien écartées ). On comprendra peut-être ici une répugnance à exprimer 'une' vérité : je suis un chien qui fait de l'aïkido. Car, enfin, sérieusement, le seul vocabulaire que je peux utiliser concernant la création est le vocabulaire guerrier : bushido, fightin' spirit & Georges Bataille, hé hé ! »…

Sous son tableau, Marie Läderach reconnaissait : « comme Baudelaire, cela me tombe un peu dessus. Le travail est très important parce qu'il faut pouvoir arriver à produire ce qu'on a envie de produire. Il faut donc passer par une phase de travail, de technique, d'affinement des formes, de mise en place des couleurs, d'harmonie de celles-ci… Mais le travail n'est pas pour moi l'essentiel. Je ne travaille pas énormément, je ne suis pas non plus à la recherche de la perfection ; je suis plutôt dans un acte spontané, qui vient de l'inspiration pure ou de la connexion de différentes idées. Il y a dans la création quelque chose que l'on ne maîtrise pas. Pour ce tableau, je me suis demandée ce qui me guidait et en ai conclu que seul l'inconscient travaillait vraiment…



















…je souhaitais représenter la mère et représenter ce paysage, avec ce petit parasol, que j'avais vu et qui m'avait plu. Je n'avais pas inventé cette image mais je me la suis faite mienne. Alors, l'inconscient parle, ce peut être aussi le rêve, ce peut être aussi un état, un événement de ma vie. »

Hubert Haddad reconnaît la place du travail : « un écrivain est quelqu'un qui s'empêche d'avoir des facilités : dès que l'on sent la facilité, c'est terminé. Le travail consiste essentiellement à se mettre dans une difficulté nécessaire : il faut que tout soit neuf, toujours. Le travail romanesque ou poétique, condensation, déplacement, travaille comme dans le rêve. On nourrit les textes en cours quand on rêve. Aujourd'hui, après le positivisme des années cinquante, on a voulu en finir avec le surréalisme et évacuer ce qui est de l'ordre de l'inspiration ; ce qui voudrait dire que tout est travail, élaboration, sur un plan de la conscience, avec un usage très pragmatique de cet autre qu'est l'inconscient, comme si on allait avec des seaux, des instruments, des préhensions multiples, aller tirer du matériau. Mais le travail ne se fait qu'à l'inspiration. Je tire beaucoup de mes textes directement des rêves. Il y a une grande naïveté à penser qu'il n'y a pas, dans la psyché, cette rapidité et cette proximité avec la totalité, dans cette sorte de rapport direct à l'inconscient ».


ALORS, POURQUOI ?

Nous nous étions demandé comment. Restait à savoir pourquoi créer.
Marie Läderach reconnaît qu'elle s'était jusqu'alors plutôt demandé comment
à la question pourquoi, elle répond : « pour être moi. Pour prouver d'abord que je ne suis pas que le produit de mes parents. Créer, c'est s'affirmer, être soi : je ne suis, alors, ce qu'on a bien voulu que je sois. Créer, c'est aussi faire un nouveau monde. Je suis dans ce monde, et la peinture me permet d'en sortir pour en créer un nouveau, plus abstrait et plus idéal, plus poétique, moins abîmé par la vie de tous les jours. Je ne me pose cependant pas la question de la raison au moment où je crée : je suis alors dans la création. Une idée de tableau vient, elle est inscrite quelque part dans mon cerveau et je la vois… il faut alors la créer et s'impose la question de la démarche et de la technique pour réaliser ce qui est dans mon esprit ».

Mathias Richard est plus affirmatif quand je lui demande pourquoi il crée : « parce que je suis un gogol, un simple d'esprit, par pure vitalité. Pour sauver la vie, exulter et partager, même si, souvent, c'est partager ce qui ne peut être partagé, sauver ce qui ne peut être sauvé. Et parce que je ne perds pas l'espoir, quelque part, d'éclater la gueule d'un certain nombre de porcs ». à front renversé, il interroge : « ce qui poserait question, c'est plutôt 'pourquoi ne pas créer ?' Créer est l'acte le plus naturel, non ? L'âme est un organe comme un autre, il faut que ça éjacule, et bien ( yo, wicked ) ».

Hubert Haddad se rappelle pourquoi la création est entrée dans sa vie, pour s'y installer et ne plus en partir : « ce n'est pas parce que j'avais envie de construire quelque chose. C'est parce qu'à un moment de ma vie, tout s'est déconstruit et, tout d'un coup, il n'y avait plus rien à faire. Et rien ne valait cette disparition… alors, il y eut un premier texte qui est venu me donner le goût de durer. Tout le travail s'est fait ainsi, sachant que j'avais écrit de manière un peu sauvage auparavant, sans idée préconçue Rien de ce qui est essentiel n'advient avec l'écriture : l'écriture est le témoignage, et même le mouvement de ce qu'on vit. On écrit en même temps qu'on vit. Aussi bien on écrit dans la passion d'être, dans la découverte, dans le miracle tout d'un coup d'équations, de sujets ; aussi bien l'écriture est là pour vous sauver. Mais au moment où l'on écrit, on ne pense pas en ces termes ».


LA TENTATION DU DEFINITIF

Si les prémisses de la création se cherchent dans la réalité, est-ce quelque chose d'extérieur qui dicte de s'arrêter ?
Hubert Haddad sait que, dans le processus d'écriture, se dévoilent des thèmes qui n'étaient pas présents dans l'intention d'écrire et qui amènent à poursuivre encore : « c'est la chose la plus extraordinaire : par l'écriture, on va au-delà. Par l'écriture, on se renouvelle, on se métamorphose, on évolue. Par ce travail, il est une dialectique interne qui nous porte et nous mène très loin, alors que la parole seule ne le permet à aucun moment. Nous sommes nécessairement en deçà de nous-mêmes quand nous dialoguons. Ce n'est que par l'écriture que, tout d'un coup, toute la tension de la langue se place dans la phrase qui vient d'être écrite ; on sait que le mot qui sera posé sera un enjeu où tout se mettra en position logique et musicale en même temps ».

S'arrêter ?
Mathias Richard envisage le moment de l'arrêt qui s'apparente à une suspension, mouvement qui reprendra plus tard, seulement dans le sous-jacent lors du reste de l'existence : « un moment on s'arrête parce qu'il faut passer à autre chose, c'est à la limite une question de santé mentale, mais l'on sait que l'on pourrait continuer et continuer encore, faire des coupes, des ajouts, écouter de nouvelles voix, partir dans de nouvelles directions, surcharger, raturer, recommencer, le mouvement de création est ouvert, incessant, rien de définitif, le couperet de la mort l'est bien assez. Nous avons très peu de temps pour faire ce que nous avons à faire, en conséquence on délimite et arrête un projet pour pouvoir passer à un autre, mais l'on sent que l'on pourrait passer sa vie sur un seul. L'unité entre les différentes « œuvres » se fait d'elle-même, pas besoin de forcer. Finalement, le plus difficile, c'est qu'il n'y ait pas d'unité, et encore pourrait-on y voir une unité du chaos ou de la rupture ».

Marie Läderach envisage le temps et l'idée d'accomplissement de l'œuvre d'une seule pensée : « je ne veux pas faire un tableau parfait, travaillé pendant des heures, des jours, des mois. Parfois, je peux laisser un tableau et y revenir éventuellement, plus tard, pour y apporter un nouvel élément, parce que j'ai évolué. Mais je peux aussi le laisser inachevé, ou achevé tel quel. Je ne suis que dans un travail très intime, non absolu mais peut-être trop personnel. C'est pourquoi je ne sais pas si mes œuvres peuvent vraiment plaire au plus grand nombre ».


FACE A L'ŒUVRE

Face à l'œuvre laissée pour achevée, Marie Läderach reconnaît : « c'est moi, cela restera moi. Quand je la regarde après, je la comprends même mieux, comme un symbole de ma vie de ce moment, d'un événement, d'une pensée, d'un état d'âme ».

Après, Mathias Richard est dans la sortie de création, retour à l'expérience de la vie de tous les jours et re-retour à la pensée de la vie en création in progress : « je suis content cinq minutes, vais me boire une bière, m'allume une clope, je fous Monster Magnet à fond et je pars en voiture au hasard à la recherche d'une fête et de filles. Le lendemain je déch(j)ante, me dis que ma soi-disante 'œuvre' est nulle et qu'il faut que je fasse quelque chose d'autre, quelque chose d'un peu moins pourri, qu'il faut taper plus fort ( d'ailleurs je ne pense pas en terme d' 'œuvre' mais plutôt d'explosif mental, les portes de la perception, tout ça ), hé hé. à un niveau profond je suis néanmoins heureux d'avoir fait quelque chose plutôt que rien, d'avoir tenté. Monte le volume, Robert ».

D'accord, je monte… mais juste après avoir écouté Hubert Haddad , qui sait qu'il n'y a pas d'œuvre définitive et dit : « si je m'arrête d'écrire, si je ne m'investis pas complètement dans un livre, cela pourrait être dangereux pour moi. J'ai besoin d'être dans la recherche et dans le travail ; et aussi de voir les choses exister. Je pourrais confier les manuscrits au tiroir mais j'ai trop besoin d'une confrontation. Il faut toujours confronter son travail, même avec trois personnes. Cela empêche le narcissisme et la paranoïa ». Sur cette terre aux multiples continents, Hubert met un pied sur la terre d'écrit et l'autre sur le sol du peint et raconte les deux expériences : « quand on est dans un texte, il n'y a rien de plus terrible qu'écrire ; il y a un mot après l'autre, une période après une autre, cela dans la constriction car les choses ne viennent pas. On ne peut pas laisser s'écouler le fil de l'écrit comme cela… tout doit être au moment précis de toute la présence et de la conscience, de la conscience et de l'inconscience… c'est donc terrible. Le peintre, lui, est dans un exercice de méditation. Il est dans un espace, avec les couleurs qui sont là, et tout est toujours possible ; on peut toujours tout modifier. La beauté du paysage est toujours en train de se transformer sous les yeux ; le peintre s'arrête, revient, cela sèche ou ne sèche pas ; il mélange, s'en va et revient ; mais c'est un bonheur absolu. Le peintre est un homme heureux, même s'il peut être dans des tragédies, peut-être fatales. Il aura été heureux. Pour l'écrivain, cela n'est pas évident »…



Ainsi, pour tous les sens, la création ne serait pas le bruit mais le son écouté, pas la couleur mais la teinte regardée. Et les peuplades de ces contrées ne chercheraient qu'à vivre en harmonie avec ce monde pour toujours inconnaissable. Alors, sur ces terres au silence épuré et peut-être assourdissant… monte le volume, Robert : ça fera pas fuir les ours…


Pour information :

Marie LÄDERACH
Après Londres, Bordeaux et la Normandie, a exposé en avril 2005 à la galerie de Trois pièces cuisine ( Paris, 17e). Expose début juin 2005 à Saintes ( Charente-Maritime ).

Mathias RICHARD
Musiques de la révolte maudite, Caméras Animales, 2004.
Publications à venir : Anaérobiose et Machine dans ma tête.
Projet rock électronique en cours : IOS ( voix et ordinateur ).

Hubert HADDAD
Julien Gracq, la forme d'une vie, Zulma, 2004.
La Cène, 2005, Zulma.
Les Miroirs voyants, Voix d'encre, 2005 : texte de Marc Alyn, portraits de Hubert Haddad.



* * *

[31]   Nos SPECIALITES > ARTS-EXPOS-MUSEO > Création   
 
  HENRICOT Michel - Artiste du Visionnaire   Peinture 
12 : 20.XI.04
HENRICOT Michel :
Artiste du Visionnaire
 

Entretien. Michel Henricot est un peintre porté sur les archétypes et à l'écoute de son inspiration. D'une maîtrise technique absolue tout au service de son univers, il reste mieux apprécié en RFA et aux USA, alors que la France a pourtant en lui un artiste exceptionnel.
»»»

 
  DUBRÉ Michel - Artiste du Visionnaire   Peinture 
12 : 20.XI.04
DUBRÉ Michel :
Artiste du Visionnaire
 

Entretien. Imprégné des anciens maîtres, Michel Dubré montre des recherches thématiques et techniques originales. Parcours de l'artiste, et regards de l'homme sur ses contemporains… »»»

 
 
FLEURY Mikaël - Artiste du Trait FRANC Thibault - Artiste de la Couleur AUDI Paul - Créer FACCON Jean-Paul - Artiste du Visionnaire DELAPORTE Aude - Françoise ISSALY, d’une rive à l’autre GARELLI Jacques - De la Création poétique
 
 
[12]   Nos SPECIALITES > EDITION > Etude   
 
  STROH Olivier - Don QUICHOTTE : redresseur de torts depuis 400 ans  Culture 
15 : 21.I.05
STROH Olivier :
Don QUICHOTTE : redresseur de torts depuis 400 ans
 

En 2005, l'Espagne fêtait les 400 ans de cette œuvre majeure de la littérature universelle publiée en 1605 par Miguel de Cervantes Saavedra, avec moult festivités tout au long de l'année, en Espagne et en Amérique du Sud. Analyse de ce monument. »»»

 
  AUDI Paul - Créer  Création 
20 : 01.VI.05
AUDI Paul :
Créer
1 0
2 3
 

Paul Audi s'interroge sur comment appréhender l'acte de créer dans une nouvelle dimension : par l'esth/éthique, un accroissement des possibilités de la vie. En effet, face au nihilisme omniprésent, la création soulève des possibilités de repenser jusqu'à la philosophie. »»»

 
 
GODARD Henri - Une Grande Génération STROH Olivier - Papaoutemari, pastiche sur Pierre Loti CHKLOVSKI Victor - Technique du Métier d’Ecrivain ESCOFFIER Maurice - La Mort du Livre STROH Olivier - La Création, débats autour d'une question MILON Alain - L'Ecriture de Soi : ce lointain intérieur
 
 
[23]   Nos SPECIALITES > EDITION > Ecrivains   
 
  SCHLECHTER Lambert - Regards d'un écrivain luxembourgeois   Ecrivains 
34 : 14.VI.07
SCHLECHTER Lambert :
Regards d'un écrivain luxembourgeois
 

Entretien. Depuis son Grand Duché du Luxembourg, Lambert Schlechter explore les littératures et philosophies mondiales qu’il distille au travers d’émissions radio et de chroniques mensuelles. Auteur de plusieurs livres, il revient sur l’épopée des emblématiques éditions Phi. »»»

 
  CABANNE Pierre - La Chambre de Joë Bousquet  Ecrivains 
27 : 07.V.06
CABANNE Pierre :
La Chambre de Joë Bousquet
1 2
2 2
 

Paralysé, Bousquet ne visita jamais une galerie ou un musée, mais il fit venir l’art à lui contre une vie d’efforts et de concessions. Ce livre interroge cette existence, dans une biographie hors du commun et reproduit certaines des plus belles œuvres d’art contemporain. »»»

 
 
Collectif - Ma pièce préférée CAILLEAUX Christian – BOURHIS Hervé - Piscine Molitor STROH Olivier - Harold Pinter - Portrait STROH Olivier - Gracq sur le Rivage des Syrtes SANDOZ Denis - Blaise Cendrars : dans l'antre des Arts entre deux Voyages SEB - Saint-Exupéry et Léon Werth
 
 
[24]   THEMATIQUES > LITTERATURES > Auteurs   
 
  AQUIEN Pascal - Oscar Wilde  Auteurs 
32 : 08.IV.07
AQUIEN Pascal :
Oscar Wilde
2 0
2 2
 

Biographie abondamment détaillée du célèbre écrivain irlandais, dont l’esprit et l’amour des hommes lui valut l’opprobre et l’hypocrisie des Anglais. Tout en rendant hommage à son génie, cette étude a aussi le mérite de décrire des facettes moins élogieuses du personnage. »»»

 
  SCHLECHTER Lambert - Regards d'un écrivain luxembourgeois   Ecrivains 
34 : 14.VI.07
SCHLECHTER Lambert :
Regards d'un écrivain luxembourgeois
 

Entretien. Depuis son Grand Duché du Luxembourg, Lambert Schlechter explore les littératures et philosophies mondiales qu’il distille au travers d’émissions radio et de chroniques mensuelles. Auteur de plusieurs livres, il revient sur l’épopée des emblématiques éditions Phi. »»»

 
 
STROH Olivier - De l’Influence en Littérature HUYSMANS Joris-Karl - Trois Primitifs SEPÚLVEDA ALVAREZ Claudio R. - NERUDA à 100 ans STROH Olivier - Gracq sur le Rivage des Syrtes FRANC Thibault - Artiste de la Couleur GILBERT Brian - Oscar Wilde
 
 
[44]   THEMATIQUES > ARTS GRAPHIQUES > Peinture   
 
  MONNET Nathalie - Chine, L'Empire du Trait   Expositions 
2 : 16.VI.04
MONNET Nathalie :
Chine, L'Empire du Trait
 

Entretien. Le commissaire de l'exposition présentée à la Bibliothèque Nationale en 2004, revient sur l'art du trait qui naquit en Chine voici plus de 2000 ans : historiques de l'écriture, de l'estampage et du legs de Dunhuang... »»»

 
  HENRICOT Michel - Artiste du Visionnaire   Peinture 
12 : 20.XI.04
HENRICOT Michel :
Artiste du Visionnaire
 

Entretien. Michel Henricot est un peintre porté sur les archétypes et à l'écoute de son inspiration. D'une maîtrise technique absolue tout au service de son univers, il reste mieux apprécié en RFA et aux USA, alors que la France a pourtant en lui un artiste exceptionnel.
»»»

 
 
GRAND PALAIS - Turner - Whistler - Monet MATHIAS Cédric - Les Fresques de Bonampak MUSEES DE SENS - Gilles Marrey MOUNAL Céline - Artiste du monde visible LYNX ArtsLivres - 3.6. LES PRECURSEURS VISIONNAIRES FLEURY Mikaël - Artiste du Trait
 
 

     
CREATION :
nos préférés
 
MILLET Richard - L’Enfer du romanGODARD Henri - Une Grande Génération
AUDI Paul - Créer
 
CREATION :
dernières entrées
 
CESSE Philippe - 12e Journées de la CéramiqueDELAPORTE Aude - Françoise ISSALY, d’une rive à l’autre
MILLET Richard - L’Enfer du romanMOUNAL Céline - Artiste du monde visible
STROH Olivier - 5 Auteurs 5 Questions, présentation du dossierFLEURY Mikaël - Artiste du Trait
FRANC Thibault - Artiste de la CouleurCYRSON Ania - Artiste de l’instant
 
ETUDE :
dernières entrées
 
MILLET Richard - L’Enfer du romanCHKLOVSKI Victor - Technique du Métier d’Ecrivain
MILON Alain - L'Ecriture de Soi : ce lointain intérieurSTROH Olivier - La Création, débats autour d'une question
AUDI Paul - CréerDUROY Lionel - Ecrire
DELAPORTE Aude - Othoniel et Théorie, sur LotiSTROH Olivier - Papaoutemari, pastiche sur Pierre Loti
 
ECRIVAINS :
dernières entrées
 
BAYLOCQ SASSOUBRE Cédric - Semer l’Amour sur les RuinesCAILLEAUX Christian – BOURHIS Hervé - Piscine Molitor
STROH Olivier - Harold Pinter - PortraitCollectif - Ma pièce préférée
L'HELGOUACH Erwan - Siham Bouhlal dévoile sa poésie ?STROH Olivier - Gracq sur le Rivage des Syrtes
STROH Olivier - Pierre Loti, le KaléidoscopePENOT-LACASSAGNE Olivier - Antonin Artaud
 
 
Barèmes | Charte | Chroniquer | Echos | Equipe | Legal | Soutien | Plan du site
 

© 2004-2008 - Les Beaux Esprits Se Rencontrent (LBESR)