N° 49
 
ACCUEIL - SOMMAIRE

dossier :

confluences :

ARTICLES    ENTRETIENS
A VOIR    LIVRES
CD    DVD
 
AIDEARCHIVES
ArtsLivres EDITION
ECRIVAINS
SALON
ARTS
EXPOS
MUSEO
ARCHEO
HISTOIRE
PIONNIERS
ANTHROPO
MYTHES
PSYCHO
SF
BD-MANGA
TOKUSATSU
culture/politique/sciences
   
KOUNEN Jan - Carnets de voyages intérieurs GIMENO-PONS Vincent - Marché de la Poésie – Entretien N°2 CHAUVIN Marie-Agnès - Devenez Androgyne, ça ira mieux DORST Tankred - Moi, Feuerbach RICHARD Mathias - Machine dans tête LONGUESPE Bertrand - Le temps de rêver est bien court BOUHLAL Siham - Anefgou ou la mort subite du nourrisson STROH Olivier - Qui dirige le monde ?
 
Enregistrez vos MENUS
THEMATIQUES
Nos SPECIALITES
MONDE SYNOPTIQUE
AMERIQUES
LITTERATURES / pays
LIVRES
DISQUES
META-RUBRIQUES
 
 
 
 


 
 
 
MAURICE Violette - IncandescenceMAURICE Violette
Incandescence
 
[31] Encre Marine
Entretien avec l'éditeur :
NEYME Jacques
56 pages - 13 €
ISBN 10: 2-909422-83-6
4
0 0
1 3
explication
du barème
ArtsLivres
TexteIconographiePertinenceObjet
 Informatif/Intéressant
 Pagination > 450 p.
 Historicisant
 Universitaire
 Appareil critique
 Cartes
 Dessins / Croquis
 Photos / Reproductions
 Quadrichromie
 Griffe originale
 Concision
 Cohérence
 Esprit / Génie
 Pluridisciplinaire
 Sujet original
 Cartonné / Relié
 Grand format
 Papier spécial
 Maquette / Typographie
 Autres / Cachet

Des poèmes épars exhumés de l'oubli où ils étaient enterrés depuis 60 ans, écrits au temps où le poète connaissait la déportation et l'enfer concentrationnaire. Impressions, souvenirs, cris du cœur, et espoirs parsèment ces vers sincères, pour ainsi dire d'outre-tombe.

Nature

Quand je rassemblerai, vers la fin de ma vie,
Mes souvenirs épars comme troupeaux errants,
Libre de tout espoir, de toute vaine envie,
Quand j'ouvrirai ma porte à la horde des vents,

Nature, accueille-moi dans ton ombre légère,
Dans ton silence vert et ton recueillement,
Car je t'aime d'amour comme on aime une mère,
Et tu fus mon soutien dans un monde infamant.

A l'heure où nous étions privés d'air et d'espace,
Où l'horizon saignait au pied du mirador,
Un pétale, égaré, nous parlait de ta grâce
Et venait dissiper les affres de la mort

L'auteur, qui connut l'enfer pénitencier nazi et ses pratiques tristement célèbres, révèle dans ce recueil quelques tranches de vie écrites à cette époque, et combien la poésie, et l'art en général, permet d'exprimer sa souffrance et ses prières, dans l'espoir de jours meilleurs, comme dans cette prière au créateur :

Si tu pouvais, parfois, ouvrir ta paupière
Toi que nous invoquons depuis la nuit des temps
Dans le matin qui saigne et l'ombre qui s'étend
Ne peux-tu t'éveiller de ton sommeil de pierre ?
[…] Il suffirait d'un rien pour changer toute chose.
S'il est vrai que c'est toi qui créa la lumière,
Toi qui créa le ciel et qui créa la rose,
Qu'attends-tu pour sortir de ton sommeil de pierre ? ( Prière )

Simplement, aussi horrible que pût être la réalité, l'indécence de la guerre et l'incroyable cruauté dont font parfois preuve les hommes, et pas que les nazi, on ne peut que mesurer avec effarement toute l'injustice d'un monde où le plus faible n'a plus aucun recours, pas même l'illusion d'une rédemption salvatrice ou d'un égard humain :

Dieu s'éloigne, et le soir recouvre lentement
Les cités à l'odeur de fumée et d'essence…
L'hôpital des yeux béants et la souffrance
Rôde le long des murs, silencieusement. ( Septembre )

[…]

Il en est qui s'en vont par les chemins faciles,
Les yeux toujours fixés sur le même horizon,
Se complaisant en eux comme en une maison,
Sans entendre les cris qui montent de nos villes. (Désespoir)

Les jours, mornes et douloureux, deviennent le quotidien dont certains parviennent à graver en leur mémoire le souvenir de telle personne qu'un jour le hasard voulut qu'elle croise son chemin, rencontre éphémère sans lendemain :

Je t'évoque parfois alors que le soir tombe.
Je songe au talisman que tu m'avais glissé
Dans la sinistre cour qui nous servait de tombe,
Toi qui ne fus jamais que l'ombre d'un passé… (Evocation)

[…]

Que de sages, parfois, sont morts abandonnés
Dans l'horreur de la guerre, les coups et la souffrance,
Victimes de la haine ou de l'intolérance,
Que d'enfants innocents et de destins fanés. (Lâcheté)

Heureusement, si l'on peut dire au regard des circonstances, l'esprit humain trouve souvent quelque exutoire dans le souvenir, ou dans l'imagination, encore que dans certains cas, l'horreur et la souffrance puissent se conjuguer dans la démence. Le raccrochement à un être cher, réel ou fantaisiste, est une récurrence dans l'humanité :

Je t'ai cherché en vain dans chaque paysage,
Echo de notre esprit, souffle de ma pensée,
Dans le regard du fou et dans celui du sage,
Et dans le lent martyr de l'enfance blessée. (Imaginaire)

Mais le recueil n'est pas simplement une consignation de peine et d'hommage aux disparus… Certains vers recèlent cette sensibilité féminine qui se souvient, ou connaît peut-être alors, de la fragilité d'un amour délicat :

Cristal

J'ai peur de voir fêler cet amour de cristal,
Si vulnérable et si diaphane et fragile
Que chaque mot trop lourd semble un éclat brutal
Comme une trombe d'eau sur un jardin tranquille.

Nous ne dirons jamais de ces mots hasardeux
Qui laissent dans la bouche un avant-goût de cendre.
Ne sens-tu pas en toi quand la nuit va descendre
Toute une éternité qui se construit à deux ?

Le dernier poème qui termine le recueil, celui-ci n'étant ni paginé ni nanti d'un sommaire, invite à penser que l'auteur avait parfois pu oublier l'univers concentrationnaire et laisser libre cours à son âme :

Je sais une forêt comme une cathédrale
A l'odeur de varech, de miel et de piment ;
Je voudrais y dormir d'une nuit végétale
Et puiser dans sa paix mon accomplissement. (Forêt)

Claudio SEPULVEDA SCHULZ

© 2004-2007 - Les Beaux Esprits Se Rencontrent (LBESR) : Archivé édition N°10 : 16.X.04

* * *

[236]   LITTERATURES / pays > FRANCOPHONE > France   
 
  GODARD Henri - Une Grande Génération  Création 
1 : 01.VI.04
GODARD Henri :
Une Grande Génération
3 0
1 0
 

Un recueil d'essais stimulants et enrichissants où ce professeur d'université, qui enseigna à la Sorbonne, analyse l'impact de l'Histoire sur la littérature : comment l'expérience de la Grande Guerre insuffla la nécessité, chez certains écrivains, d'un changement d'écriture ? »»»

 
  SERAPHIN Danièle - Un si vieil Amour  Roman 
14 : 21.IX.05
SERAPHIN Danièle :
Un si vieil Amour
1 0
2 0
 

Remarquable roman sur l'éventail des sentiments et des contrariétés de l'amour. En retrouvant les lettres de ses parents et grands-parents, Emma revit l'évolution de leurs relations, de la passion à la haine : c'est une douleur, les parents sont si jeunes et si vivants lorsqu'elle lit (p.95). »»»

 
 
GOMBERT Denis & Jean-François - Le Dernier des Monterazzi LOCANDRO Catherine - Clara la Nuit STROH Olivier - Caligula, ou l’absurdité de l’absurde SAND George - Nouvelles BRECHON Robert - Henri Michaux BONA Dominique - Camille et Paul - La Passion Claudel
 
 
[114]   LIVRES > LITTERATURE / genres > Poésie   
 
  ANTHOLOGIE POETIQUE - Femmes Poètes de la Chine  Poésie 
21 : 21.VI.05
ANTHOLOGIE POETIQUE :
Femmes Poètes de la Chine
0 0
4 0
 

Excellente anthologie de 180 poèmes d'amour, par 127 poétesses de la Chine impériale essentiellement. Certes, il existe quantité d'anthologies plus fournies, mais la qualité et l'optique de celle-ci en font une excellente introduction qui honorera toute bibliothèque… Sélection. »»»

 
  MERYON Charles – BAUDELAIRE Charles - Paris, 1860  Gravure 
14 : 01.I.05
MERYON Charles – BAUDELAIRE Charles :
Paris, 1860
0 2
2 2
 

Réédition de cet ouvrage commun à deux artistes emblématiques du IIIe Empire, qui reposa essentiellement sur la volonté du célèbre poète dont les Tableaux Parisiens répondent de l’intérieur aux gravures extérieures de Charles Meryon, marin avant de devenir graveur… »»»

 
 
MIZON Luis - Poèmes d’eau et de lumière ANTHOLOGIE POETIQUE - Les Yeux du Dragon AKHMATOVA Anna - Requiem ANTHOLOGIE POETIQUE - L'Avant-Garde Russe AL-MASRI Maram - Cerise rouge sur un carrelage blanc SHANG Qin - Rêve ou Aube
 
 

     
Du même auteur
MAURICE Violette
 
MAURICE Violette - N.N. / Ecrire, résister
 
CHEZ CET EDITEUR :
nos préférés
 
COLARDEAU Théodore - Etude sur EpictèteVALLA Lorenzo - Sur le Plaisir
AUDI Paul - CréerHUBINOIS Philippe - Petite Philosophie de la Chirurgie
»»» Plus de choix [31]
 
FRANCE :
nos préférés
 
MERYON Charles – BAUDELAIRE Charles - Paris, 1860TOUSSAINT Jean-Philippe - Faire l’amour
CABANNE Pierre - La Chambre de Joë BousquetHUYSMANS Joris-Karl - Trois Primitifs
GODARD Henri - Une Grande GénérationGUALDE Norbert - Ce que l'Humanité doit à la Femme
DURAN COHEN Ilan - Quatre romans de l’existenceGUILLEBON Swann de - Farang
»»» Plus de choix [11]
 
FRANCE :
dernières entrées
 
RICHARD Mathias - Machine dans têteLONGUESPE Bertrand - Le temps de rêver est bien court
MEZARIGUE Laure - L’AgrémentARCHENOULT Alexandre - La Lune
HUYSMANS Joris-Karl - Trois PrimitifsTOUSSAINT Jean-Philippe - Faire l’amour
STROH Olivier - Le Prince PhilippeDURAN COHEN Ilan - Quatre romans de l’existence
 
POESIE :
dernières entrées
 
BOUHLAL Siham - EtreintesANTHOLOGIE POETIQUE - L’Assemblée littéraire
KHATIBI Abdelkébir - Quatuor Poétique – Rilke, Goethe, Ekelof, LundkvistMIZON Luis - L’Oreiller d’Argile
AL-MASRI Maram - Le Retour de WalladaDESCHENES Dominic - Le Silence de l’Attente
ANTHOLOGIE POETIQUE - Trois Poètes PortugaisBOUHLAL Siham - Corps lumière
 
 
Barèmes | Charte | Chroniquer | Echos | Equipe | Legal | Soutien | Plan du site
 

© 2004-2008 - Les Beaux Esprits Se Rencontrent (LBESR)